Nouveau pour les parents de la MRC Thérèse-De Blainville

 

Message LSQ - décembre 2018

info@appal.ca


Pour contacter l’APPAL, si vous avez tenté un appel ATS ou par la VOIX, sachez qu’il est souvent préférable de nous rejoindre par courriel, fax ou Skype alors on vous encourage à nous écrire au courriel: info@appal.ca ou fax: 450-434-4120 Merci pour votre compréhension!




Témoignages : Souvenirs de Noël


Ces textes sont des « adaptations » de la LSQ au français écrit. Merci!

Hélène Tétreault:
« Bonjour à vous tous! J’ai un souvenir de Noël à vous raconter. Chez nous pendant le réveillon de Noël, nous étions sept (7) enfants (frères et soeurs) on jasait entre nous. Ma mère nous disait: « À 19 heures vous allez tous monter à l’étage et vous allez devoir vous coucher! » Après notre dodo, vers 23 heures, ma mère montait à l’étage pour nous réveiller…en disant: « Levez- vous les enfants! C’est le réveillon! » Donc on descendait, les 7 enfants, et ma mère avait suspendu des bas, des vieilles chaussettes qui avaient certainement appartenu à mon père, et chacun des bas était identifié au prénom de chaque enfant. Ma mère les avait suspendus pour attirer notre attention. Mes frères et soeurs étaient patients et attendaient le signal mais moi non, je voulais mon bas tout de suite et ma mère me disait « Attends Hélène, sois patiente! » Je lui ai remis le bas que j’avais décroché sans savoir et plus tard, j’ai pu ouvrir mon cadeau!

Mon bas avait été rempli de toutes sortes de petits trucs, je me rappelle un petit train, des petites choses qui nous faisaient plaisir. On était tous contents. Puis les oncles et tantes se joignaient à nous et on leur montrait ce qu’on avait trouvé dans nos bas de Noël… puis c’était le réveillon, ensuite on s’amusait! Les adultes s’amusaient et nous, les enfants, on allait se cacher, on s’amusait aussi dans notre coin, puis on s’endormait. Mon père nous voyant tous endormis nous montait à l’étage, un à la suite de l’autre et le lendemain nous étions étonnés de nous retrouver dans notre lit… de voir que la visite était déjà partie! C’était très agréable, ce sont de beaux souvenirs et voilà mon histoire! »

Priscilla et Sylviane, les Gaspésiennes!
« Qui commence? Tu viens d’où toi? » Sylviane (à droite) dit qu’elle vient de Mont-Louis (près de Matane) et Priscilla (à gauche) dit qu’elle vient de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, c’est la Vallée de la Matapédia. Les deux viennent de la Gaspésie! Elles racontent leurs souvenirs d’enfance lors des réveillons de Noël.

Priscilla:
« ouf moi je me rappelle des grandes tablées avec beaucoup de nourriture, par exemple la dinde, les tourtières, toutes sortes de tartes.. aux fraises, aux bleuets, aux raisins, on avait des galettes, des biscuits, des beignes faits maison… (elle regarde Sylviane) est-ce que c’était la même chose chez vous?»

Sylviane:
« Oui et nous avions du « cipâtes » (aussi écrit « cipaille » ou « six pâtes » ou de l’anglais « sea-pie »), tu connais? »

Priscilla:
« Oui oui nous l’avions mais plus en famille (privée)… »

Sylviane:
« les viandes c’était du lièvre, du chevreuil, d’autres viandes, il y a la pâte et les patates pilées.. ça n’allait pas au four, ça mijotait dans une marmite sur le feu.. oh! il ne fallait surtout pas l’ouvrir car la pâte allait s’aplatir.. il fallait être patient pour que la pâte devienne bien cuite mais feuilletée, je me souviens que ma mère écoutait au-dessus du plat qui mijotait, elle tendait l’oreille, surveillait et la cuisson durait au moins 8 heures! C’était long à faire…! »

Priscilla:
« Oui… c’est exact! C’était long à préparer… Moi je viens d’une famille sourde, tous sont sourds, les gens venaient chez nous et on réveillonnait toute la nuit, on dansait, on s’amusait, les cousins, cousines, on était espiègles, tannants (!) et puis on mangeait, comme je le disais tantôt, de la dinde, de la tourtière, assez pour s’empiffrer! .. le repas traditionnel après le réveillon toute la nuit, la semaine suivante on recommençait chez le frère de mon père et encore la 3ième semaine, on recommençait chez un autre membre de la famille, encore le repas traditionnel, encore de la dinde et des tourtières, et ensuite ce n’était pas fini, on allait encore chez mon autre tante et on recommençait, la dinde et les tourtières encore! Pendant 4 semaines on fêtait et on mangeait les repas traditionnels… ça continuait à travers les années, jusqu’à ce qu’on soit plus vieux… mais de 8 ans à 14-15 ans c’était comme ça à tous les ans jusqu’à ce qu’on déménage! »

Sylviane:
Moi mon père était propriétaire d’un hôtel et à tous les ans, lorsque j’étais petite, je voyais les gens arriver à l’hôtel, il y avait des buffets, de grandes tablées et nous, ma famille, nous étions 13 enfants… dont 8 filles et la majorité des entendants. Nous étions 3 sourds. La plus vieille (sourde) est décédée à l’âge de 7 ans, car un jour elle courait pour aller au dépanneur et elle s’est fait happer par une voiture! Bien triste et dommage, mais pour moi je ne l’ai pas connue car elle n’était plus là lorsque je suis née. C’était l’aînée. Donc au départ,13 ensuite 12 enfants. Pour les fêtes, il y avait un grand sapin décoré, des cadeaux, des échanges et c’était bien agréable … jusqu’à l’âge de 8 ans lorsque j’ai commencé à fréquenter le couvent (Institut des Sourdes-Muettes à Montréal) et comme il fallait voyager par train, et souvent en raison des conditions météo je ne pouvais plus participer ni revenir chez mes parents. Le train arrêtait à Mont-Joli l’hiver alors mon père ne pouvait pas venir me chercher pour le temps des fêtes. Alors à ce moment là j’allais chez ma cousine à Verdun (Montréal)… »

Priscilla:
« Tu avais du plaisir quand même? »

Sylviane:
« Oui bien sûr, c’était agréable quand même »

Les deux:
« Merci de nous avoir écoutées et joyeuses fêtes à vous tous! »

Ginette Dufour
Bonjour à vous tous! Souvenir de Noël. Je vais vous raconter. J’avais environ 10 ans. J’étais au couvent (à l’école des Sourdes) et à l’approche des fêtes j’avais hâte de retourner chez moi à Chicoutimi. Je quittais Montréal à 23 heures le soir, à Bonaventure, il faisait noir, très sombre pendant la nuit de notre voyagement et le matin, on commençait à voir la lumière et le profil des maisons qui défilaient sur le paysage. Vers 6 heures le matin, c’était agréable de voir les différents villages, et lorsque j’arrivais à Chicoutimi vers 8 heures, mes parents venaient me chercher pour passer les fêtes. Lorsque je revenais à Montréal, encore le train de soir, à 23 heures et j’arrivais à Montréal à 8 h. Lorsque j’ai quitté le couvent en 1979, pour Noël je voulais prendre l’autobus mais il y avait une grève alors je me suis résignée à prendre le train, comme dans l’enfance et l’adolescence mais là j’étais devenue une jeune adulte. Cette journée il y avait une feuille (comme une pétition) à signer pour demander aux autorités de faire changer l’horaire du train afin de voyager de jour. Mais en 1979 j’ai encore voyagé de nuit. Toujours la même noirceur jusqu’à Chicoutimi. C’est en 1981 que l’horaire a été changé pour répondre aux besoins des clients. Plus tard en 2003 seulement, j’ai repris le train pour aller à Chicoutimi et c’était la première fois que je voyageais de jour et enfin je découvrais ce que j’avais manqué lorsqu’enfant ou adolescente… En 2003, je voyais enfin de merveilleux paysages, des rivières, chutes d’eau, les maisons, c’était tellement beau, les sapins enneigés, les décorations et enfin je voyais les beautés que j’avais manquées de nuit. C’est vraiment un beau trajet à faire en train… de jour! C’est ce que j’avais à vous raconter de mes souvenirs des fêtes et de l’hiver.. Merci!

Marcelle Guindon:
Bonjour (elle utilise aussi sa voix) quand j’étais petite, même histoire encore aujourd’hui, le souper de Noël était chez ma grand-mère. Sur la table, il y avait les canneberges, patates pilées, la dinde, les petits pois, puis après le souper, au tour des hors-d’oeuvres: olives, cornichons, etc. Finalement au dessert: gâteau aux fruits, avec la crème fouettée, dans un plat avec des poignées en argent et du cristal. À chaque année, c’était la même histoire qui se répétait, depuis mon enfance…c’est vraiment le « vrai repas traditionnel » et chez nous c’est sacré, encore aujourd’hui, le même repas, la même histoire qui se répète…. (avec le sourire) .. Merci!

Réjeanne Viel:
Bonjour! Histoire de Noël lorsque j’étais très jeune. Nous étions 13 enfants à la maison et nous étions toujours très contents de savoir que le Père Noël allait descendre du ciel et nous étions à la fenêtre à le surveiller dehors qui trainait sa poche de cadeaux… nous étions excités et avions hâte de connaitre ce que le Père Noël avait à nous offrir. En fait c’était mon frère qui jouait le rôle mais très jeune, nous ne le savions pas, c’était le mystère. Encore aujourd’hui mon frère (qui est devenu grand-père) continue de jouer ce rôle lors de la fête de Noël, il est très créatif. Aujourd’hui il vit en Floride mais il joue encore au Père Noël, sa maison est décorée magnifiquement pour l’occasion même si c’est au soleil, sans neige.. il a plein d’idées pour créer de la magie, c’est tellement beau ce qu’il fait, le père Noël se déplace à bicyclette, et chez lui c’est si bien décoré, si beau…wow.. il m’envoie parfois des photos souvenirs, un jour je vous montrerai des photos. Je le remercie pour ces souvenirs, ce sont de très beaux souvenirs …Aujourd’hui (maintenant qu’on fait partie du monde des adultes) la magie de Noël a un peu changé, c’est plus simple, mais c’est quand même très agréable… Merci!

Jacques Lavoie:
Bonjour! J’aimerais vous raconter un souvenir lorsque j’étais jeune homme. Ma copine avait 21 ans et moi j’avais 26-27 ans. On commençait à se fréquenter. À chaque année nous avions les fêtes et je voulais la présenter à ma famille. J’avais avisé ma mère de ne pas dire à ma nouvelle blonde ce qui était dans le repas, la viande etc car sinon elle ne voudra pas en manger! Nous avons fêté et avons eu beaucoup de plaisir. Lors du repas, elle avait l’air à bien aimer son repas mais ne savait toujours pas ce qu’elle avait mangé alors je lui ai posé la question: « Puis? As-tu aimé ton repas? » et (par mon regard elle devinait que c’était probablement une viande qu’elle n’aurait pas savourée si elle avait su quelle viande c’était….) Alors elle a demandé « C’était quoi finalement la viande? ».. Je lui ai dit « Non t’inquiète pas…pas du chevreuil, mais du lièvre! »… Elle s’est exprimé rapidement : » Oh non! Pas du lièvre…! Trop tard oh non! » (elle avait déjà mangé!) mais finalement elle a avoué que c’était délicieux et elle en mange depuis ce temps-là! Voilà l’histoire! Bon appétit! (sourire taquin)

André Tétreault:
Bonjour! Autrefois, l’hiver, les parents offraient des articles utiles comme des patins, des hockeys, différentes choses que les enfants ont besoin pour s’amuser. J’avais besoin de patins et d’un hockey et un jour, lorsque j’allais au Collège, quelqu’un avait jeté son vieil équipement… j’ai trouvé une veille paire de patins dans les poubelles, ils semblaient encore bons et j’ai aussi trouvé un vieux bâton brisé que j’ai raffiné pour m’en servir. Ça a marché! Voilà.. J’en étais fier.. je me suis quand même amusé et c’est mon souvenir de Noël et d’hiver.

Robert Guindon:
Bonjour! J’ai une courte histoire à vous raconter. Mes parents, ils avaient des frères et soeurs dont plusieurs sourds dans la parenté. Nous étions nombreux et pauvres alors les repas de tous les jours étaient « maigres ». Beaucoup de patates pilées. Mais pour les fêtes: ma mère préparait longtemps d’avance une bouffe spéciale et elle cachait la nourriture au frais en avisant tout le monde de ne rien toucher. Les fêtes arrivaient, le festin était sauvé, et je me rappelle que le repas de Noël se passait le jour, je ne sais pas pourquoi, mais c’était ainsi chez nous et tellement délicieux ce repas-là.. tellement bon!… Depuis, bien sûr, ma mère est décédée mais encore aujourd’hui je n’oublie jamais le goût et les parfums de cette nourriture… J’essaie de reproduire la tradition, à chaque année, j’essaie de copier les recettes de ma mère et c’est ça la « tradition de Noël »… merci!

Line Laforest:
Bonjour! Salut! J’ai plein de souvenirs de Noël dans ma mémoire. Beaux souvenirs. Dans ma famille, lorsque j’étais très jeune, dans le temps des fêtes, au moins 3 semaines d’avance, ma mère commençait à préparer les choses… ça sentait tellement bon dans la maison, odeurs de tourtières, etc. même pour les décors ma mère ne nous disait rien d’avance… On vivait à la campagne, une maison « dans le fin fond du bois » .. moi j’allais à l’école et dans l’autobus scolaire je voyais ma maison au loin lorsqu’elle était décorée pour Noël, c’était tellement beau et excitant! (elle parle vite et s’excuse de sauter sur des détails puis se reprend:)

Le 24 décembre on réveillonne. Du 24 décembre jusqu’au lendemain le soir du 25, on festoyait encore et ensuite autour du jour de l’An on fêtait encore car c’était la fête de mon père aussi. On fêtait en famille (privée). L’abondance de consommation, bouffe et boissons. Un souvenir que je n’oublierai jamais… pour le réveillon, on mangeait d’abord à l’heure normale, puis on se reposait… on allait à Saint-Colomban chez ma marraine, là on devait aller se coucher en soirée pour attendre vers 22 heures le soir…moi je manquais un peu d’information, je devais deviner souvent, puis je n’avais pas vu le Père Noël dehors mais mon frère l’avait vu! Alors le père Noël était là… Mon frère criait « c’est le père Noël!" Il l’avait vu avant moi et des fois quand on est sourd, les autres ne nous avisent pas… mais quand j’ai vu le père Noël, j’avais surtout remarqué qu’il nous manquait un oncle! J’examinais chaque invité et je cherchais mon oncle. Je suis plus visuelle alors je cherchais qui manquait à l’appel. Alors j’avais deviné que c’était lui! Le père Noël était mon oncle!

.. Ensuite on fêtait fort, les cadeaux, la bouffe etc. J’aimais beaucoup jouer à des jeux et mon oncle, mon parrain était très « party » aussi. Mais pour les fêtes je n’étais pas habillée pour aller jouer dehors avec lui qui aimait tant faire du ski-doo, dans ma famille c’était très fort l’amour du ski-doo et des randonnées en nature! Mais je n’allais pas demander la permission à ma mère, car elle m’aurait refusé la permission, alors j’allais directement à mon oncle pour qu’il accepte de me faire faire des tours.

Malgré des habits trop grands ou inadéquats pour moi, je suis montée à ski-doo de mon oncle avec lui, et lui s’amusait à aller « vite vite vite! » dans le bois et nous les enfants, on en avait les yeux qui pleurent tellement le vent nous frappait le visage. Mais on riait, on aimait ça et ça faisait partie de l’expérience .. ce n’était pas de petites randonnées …c’étaient de longues randonnées.. il savait que j’adorais ça alors il allait très vite, mais même si je revenais les joues rouges d’avoir gelé sur la route, ma mère savait qu’elle ne pouvait pas me décourager d’aller en faire avec lui! Cet homme était vraiment passionné du ski-doo en forêt et il a même déjà fait le trajet de Saint-Colomban au Lac-St-Jean! Il est fort! Mais moi, après mes tours de ski-doo avec lui, j’avais le sourire large, car j’aimais vraiment faire ces sorties avec lui et c’est un très beau souvenir que je vous partage! Merci!

Johanne Boulanger:
Vers l’âge de 8 ou 9 ans, un souvenir de Noël à la campagne, le 24 ou 25 décembre. Ma mère et mon frère discutent ensemble à la fenêtre puis, avec beaucoup d’expression, ils nous informent: « Oh voilà le Père Noël qui descend et qui arrive ». Mon frère disait: « regarde ! regarde! C’est le Père Noël! » mais moi je ne le croyais pas et lui me répétait: « Oui regarde à travers la fenêtre tu vas le voir » mais moi je cherchais et tout ce que je voyais c’était les décorations dans la fenêtre, vous savez les flocons, personnages et autres trucs qu’on crée avec le spray-mousse à décorer la vitre.. je croyais qu’il me taquinait et je cherchais encore puis soudainement je vois effectivement apparaitre le Père Noël….. ouf! Je signais « Oui! Le père Noël c’est lui! c’est lui! ? » il me disait « oui c’est lui, le Père Noël c’est lui! »…. Était-ce le vrai Père Noël..? j’avais hâte de savoir, de voir de plus près afin de pouvoir en informer mes autres frères et soeurs.. nous étions sept enfants.. j’étais si excitée puis là lorsque j’ai vu le personnage de plus près, je cherchais à savoir lequel des membres de ma famille avait usurpé l’identité du vrai Père Noël.. C’est qui? C’est qui? Il faut que je trouve vite c’est qui?! Enfin, le Père Noël ouvre la porte avec sa grosse poche de cadeaux, en sonnant la cloche… il parlait et parlait, et je me dis.. ah! Il parle donc c’est un entendant!.. Puis je m’exclame: « C’est mon frère! » « C’est Pierre » les parents me répondaient.. « Non non ce n’est pas Pierre » et moi j’insistais: « Oui c’est Pierre.. il est où Pierre ? » Puis j’avais vu juste et mes parents n’étaient pas contents parce que j’avais deviné…! La surprise n’a pas fait long feu! J’avais deviné qui se cachait derrière le célèbre costume! (grand sourire)

Hélène Tétreault (prise 2)
(histoire de famille partagée)

Bonjour! Ma fille m’a transmis une histoire. Mes deux petits-enfants, de 5 et 3 ans, les deux voulaient voir le Père Noël arriver chez eux. Ma fille leur répond: « Si tu veux le voir tu dois descendre au sous-sol pour le trouver! » mais la plus jeune dit qu’elle est trop fatiguée pour descendre et faire l’effort alors elle est allée dormir. Son frère la rassure en lui disant que dès que le Père Noël sera là, il viendra la réveiller. Mais pendant que son frère attendait le Père Noël au sous-sol où il lui avait réservé un verre de lait et des biscuits… l’attente fut trop longue et il s’est assoupi à son tour, dans l’escalier. Le lendemain au réveil, sa soeur lui demande s’il a vu le Père Noël et si oui pourquoi ne l’a-t-il pas réveillée? Remarquant que les biscuits et le verre de lait étaient encore intactes, le frère lui répondit qu’il regrette parce que le Père Noël n’est probablement pas venu « parce qu’il est au régime »!

On vous souhaite des belles expériences de Noël et de retrouvailles en famille ou entre amis! Heureuses fêtes!

L’équipe et des bénévoles de l’APPAL.



 


ÉVÉNEMENTS À VENIR


30 JAN 2019: CDS - Jeu OKO
04 FÉV 2019: Dîner des Sourds
06 FÉV 2019: Expression par les arts
13 FÉV 2019: CDS - Partage St-Valentin
13 FÉV 2019: Part St-Valentin
20 FÉV 2019: Expression par les arts
27 FÉV 2019: CDS - Trucs Zéro Déchets
02 MAR 2019: Sortie - Cabane à sucre
04 MAR 2019: Dîner des Sourds
06 MAR 2019: Expression par les arts
13 MAR 2019: CDS - CISSS Laurentides
20 MAR 2019: Expression par les arts
01 AVR 2019: Dîner des Sourds
03 AVR 2019: Expression par les arts
17 AVR 2019: Expression par les arts
27 AVR 2019: 16e Tournoi Baseball
01 MAI 2019: Expression par les arts
06 MAI 2019: Dîner des Sourds
15 MAI 2019: Expression par les arts


L’APPAL est une association à mission régionale qui offre plus d’une centaine d’activités à ses membres et amis par année. Ces activités sont tenues principalement sur un calendrier de septembre à juin. Les services d’information et d’aide demeurent accessibles à l’année sauf avis contraire et selon la disponibilité des ressources. À l’APPAL on aime ça vous recevoir et vous revoir!

Pour les prochaines activités, revenez nous visiter régulièrement et surveillez bien les images dans le menu à droite!

Pour connaître les détails de chaque activité, cliquez sur l’image de celle qui vous inspire!

Copyright © 2003-2018 APPAL - Association des personnes avec problèmes auditifs des Laurentides - info@appal.ca
421-B, boul. Curé-Labelle, Blainville (Québec) Canada J7C 2H4 - Tél.: 450.434.2135 (ATS, voix) Fax: 450.434.4120